Retour       NdL        Menu       

Titre       Auteur       Catégorie       Nouveautés       Indispensable       Incontournable       TopTen       Cadeau



Pédagogie

Copyright S?dhana

Ces parents qui aiment trop

Ahsner/Meyerson - Stanké - 2002 - 548 pg

Que ce titre fleure le Norwood, auteur du best-seller " Ces femmes qui aiment trop " !! C'est fou ce que les parents ne tiennent pas compte ,dans leur amour, étouffant même de leurs sollicitudes, désirs de bien faire, exigences compétitrices, aspiration élitiste..., des aspirations légitimes et personnelles de leur progéniture qui n'en demande pas tant, comme en témoigne : " Celui de trois est l'avocat, celui de cinq est le médecin " conversation rapportée par A. di Mello dans un de ses livres ! Une littérature concernée à la guérison de " l'enfant intérieur " essaime depuis quelques années et pour cause, car on commence à s'apercevoir que tout n'a pas été parfait dans le meilleur des mondes. Les auteurs s'attachent ici à montrer comment avec trop d'amour on traumatise à vie les enfants, à l'insu de leur plein gré par sollicitude, bienveillance, " tropbienfaisance " submergeante à l'asphyxie en exerçant une empreinte destructrice (ce qui fait le beurre des psy? ...!!) ad ultimum. En 2 parties et 13 chapitres, les auteurs, à partir d'exemples concrets de Jeff à Marie en passant Kate, Steve, Michael, Suzanne, Kevin, Linda, Wayne, Valérie et bien d'autres encore, dressent sur un plateau d'argent les ravages que peuvent occasionner parents et grand-parents (majoritairement d'un milieu social aisé pour ne pas dire élevé) sur leurs descendants directs, soit par surabondance qui peut tourner à la plus totale carence dans le domaine opposé ou complémentaire. On voit clairement l'impact du syndrome dramatique de l'enfant doué (ou celui pour lequel tous les investissements, même frauduleux, pour le faire reconnaître ou devenir brillant sont justifiables même jusqu'au procès médiatisé!!) sur le bonheur, l'équilibre psychique bien des années après, et les parents sûrs de leurs bons droits, de leurs prérogatives attentionnées ne savent pas les impairs qu'ils peuvent faire, ni les lésions dans l'affectif de l'enfant qu'ils peuvent causer en agissant de la sorte. En recevant trop de marques débordantes, contraignantes d'amour, devenus des adultes affamés d'amour, ces enfants sont totalement dévoyés (dans le sens de perdre le sens d'orientation) par rapport à la normalité des rapports humains. On remarquera à maintes reprises le poids terrible que font peser sur des têtes innocentes les grands archétypes sociaux, les traditions, les projections des manques parentaux, la remise dans le droit chemin, les 5 cinq C (compensation, culpabilisation, conformisme, contrôle et critique) dans des familles " à idéaux " ou " à reproches " !! Comme je répète inlassablement dans toutes mes interventions " Si on arrêtait une bonne fois pour toutes de vouloir leur bien à leur place afin d'écouter ce qu'ils ont à nous dire, on ferait déjà un grand pas vers l'harmonie des familles et de la société." "Vos enfants sont les flèches à la vie dont vous les arcs " disait le Prophète de K. Gibran. Alors, parents, accomplissez votre rôle d'arc seulement et laissez vos enfants atteindre eux-mêmes leur propre cible. Top-Ten pour le message prodigué, Indispensables-Psychologie/Pédagogie pour les remèdes et solutions envisagées, même si le lâcher-prise est la chose la plus difficile à réaliser.

Ndl : 2392
Hits : 3971





Retour       NdL       Menu