Retour       NdL        Menu       

Titre       Auteur       Catégorie       Nouveautés       Indispensable       Incontournable       TopTen       Cadeau



Religions

Copyright S?dhana

La Bible, mythe et réalité

G. Rachet - du Rocher - 2003 - 681 pg

Ô, Rach et désespoir, que n'ai-je tant vécu dans de telles fables, légendes et sornettes pour un jour accéder à la Lumière mythique de la Réalité !! Ayant déjà été mis sur la bonne voie avec " la Bible Dévoilée " de Finkelstein et Silbermann, je me suis mis dare dare (dixit Frédéric !!) à l'ingestion de votre pavé (680p.). Vos quelques 180 p. d'annexes: bibliographies (45 p. !!), lexique et index montrent le soin que vous avez apporté à votre démonstration extrêmement détaillée, voire fouillée (archéologiquement, bien entendu !!) avec 24 encadrés explicatifs de points de détails importants pour sa compréhension. Prolégoménons donc, et après avoir fait le tour des auteurs favorables, détracteurs, contestataires. réviseurs et rectificateurs (je n'ai vu aucune référence à la source Q..., JEPD en prime !!), vous abordez le lancinant problème de la vérification archéologique, qui au vu de la récente explosion de découvertes plus surprenantes les unes que les autres, chamboule fortement ainsi l'optique traditionnelle figée pour cause de non-remise en question de l'Obstat. Entre élohiste et yavhiste, il y a le cas Naan (pour ne pas dire néant..!) très épineux et j'ai appris qu'il existe aussi des apocryphes juifs témoignant du fait que " l'histoire commence bien à Sumer " !! Il ressort clairement que la France (fille aînée de l'Eglise) dans ce mouvement réajusteur a quelques longueurs de retard sur ses voisins anglo-saxons et que certaines chapelles intégro-fondamentalistes ne favorisent nullement quelconque rattrapage bienséant. Ensuite de quoi, au fil des différents livres de l'Ancien Testament que vous passez studieusement en revue, vous vous attaquez aux mythes et légendes dans lesquels figure en bonne place le roman d'un certain Moïse. Entre incohérences, invraisemblances, paradoxes flagrants d'impossibilités historiques, vous fustigez allègrement tous les scribes accroupis(ssant ..!?) quant à la narration qu'ils font à la manière d'un Cecil B de Mill en pana(rd)vision d'une fresque historico-machin n'ayant rien à envier dans certaines descriptions fumantes et fumeuses d'invasions, pillages, épurations ethniques, viols collectifs et intrigues quasiment mafieuses au plus sordide roman brutallo de ZUP banlieuesarde; c'est dans ces narrations équivoques qu'on saisit pleinement les paradoxes humains-divins des Beni-Israël, proches parents des bénits oui-oui ...(?), qui, dans un ethnocentrisme anti-prévaricateur forcené, mettent le grappin sur un territoire faisant partie intégrale et intégrante de l'ancienne Palestine, tiens donc, vous avez dit bizarre ; j'i comprend mieux l'Arafat... Vous innovez avec l'Hexateuque, proche cousin du Penta (et non du Panta...!) et de la Torah; Torah que vous vouez aux gémonies à maintes reprises pour n'être qu'un fatras de d'aberrations asservissant un peuple soi-disant élu sous la férule autoritaire d'un Dieu au caractère impossible et surtout d'un illogisme criant: tantôt d'une clémence éhontée, d'une patience surprenante, tantôt guerrier, hargneux, sanguinaire, vengeur et surtout cautionnant allègrement des centaines de milliers de morts (cherchez l'erreur !! peut-être dans la phrase devenue célèbre : " Ces Dieux que l'homme a créés et qui n'ont jamais créé l'Homme"). Autre point important en filigrane est la rivalité tenace entre bergers nomades et agriculteurs sédentaires que l'on retrouve aussi dans les fondations de l'Islam et qui a totalement occulté une certaine " sagesse sémitique " (d'un certain Lalouette - Albin Michel 1998 - à cheval sur un pâté !!). Les lecteurs et lectrices iront de surprises renversantes en découvertes décoiffantes bouleversant quelque peu leurs connaissances empiriquement conditionnées en la matière vu les nombreuses révélations (apocalypse et non happy Calopse!!) y distillées remettant le récit, tendancieusement manipulé, dans son contexte contemporain environnant véritable et les indices historiques à leurs réelles places avec moult précisions égyptologiques (Egypte aux logiques, n'est-il pas ?). J'ai bien apprécié votre tirade contre les élucubrations fumeuses d'un certain Michael Drosnin qui confond cryptographiquement Bible et table de Wegener tout comme votre couplet contre l'appropriation des grandes figures juives par l'Islam et le Coran (qui ont toujours considéré les juifs comme infidèles, ne l'oublions pas aussi) ainsi que le ton décontrasté (comme dirait Garcimore !!), voire facétieux même à quelques endroits (coups de sang méridionaux d'un certain Y!!) de l'ensemble de votre propos que j'ai dévoré avec une assiduité peu coutumière. Permettez, cher Guy, de vous dire que je me méfie aussi comme de la peste de tous ces textes fondateurs des grandes religions, issus d'une tradition orale lyrique comme évanescente (écrite comme dans le cas présent au 4è av- J-C. et malmenée dans des transcriptions gréco-latines successives et sélectives) oblitérant gravement le côté spirituel que l'on y aurait voulu insufler au profit d'une prise de pouvoir conscienciel, dictatorial et moral sur des fidèles soumis comme moutons de Panurge (je dis la même chose pour le Coran, le livre des Mormons....). Je terminerai cette recension inhabituellement longue en entonnant dans la " Nuit des idoles " " Tous les akkadiens, toutes les akkadiennes... vous vous êtes fait rouler dans la manne du désert " (je ne pouvais décemment par respect à la chanson originelle le faire avec ugarites, amalécites, hyksos, térachites, ammonites, jébuséens, cadmonéens... !!). Indispensables-Généralités/Religions, Top-Ten pour avoir démêlé l'authentique dans tout ce salmigondis de calembredaines invraisemblables et crédulisantes (so more et God Home, isn't !!) et surtout avoir remis avec humour Adam, Abraham, Moïse, Joseph, Jacob et consorts (on qu'on rentre... du chapeau du prestidigitateur biblique) en tant qu'archétypes mythiques (mystiques ...??) universels et j'attends avec impatience le tome suivant... pour m'à Rachet (en un seul mot ...?) du premier !! et savoir en particulier ce que vous allez nous révéler du Me Jésus, en rejoignant peut-être G. Messadié et son Jésus de Srinagar, J-L Maisonneuve et Jésus sans l'Eglise, J-P. Sara et Jésus avant l'Eglise... Enthousiasmant, captivant, passionnant, les qualificatifs manquent pour décrire justement un tel ouvrage qui fera date dans l'odyssée fondatrice judéo-chrétienne.

Ndl : 2558
Hits : 5241





Retour       NdL       Menu