Retour       NdL        Menu       

Titre       Auteur       Catégorie       Nouveautés       Indispensable       Incontournable       TopTen       Cadeau



Tibet

Copyright S?dhana

Histoire du bouddhisme tibétain

E. Martens - l'Harmattan - 2007 - 282 pg

Le sous-titre : la compassion des puissants dénote le paradoxe sous-jacent et trop souvent ignoré d'une théocratie, esclavagiste et ruineuse, à l'aura séductrice dont est nimbée le bouddhisme tibétain (voir bouddhamania et adn.htm sur www.bouddha.ch ) eu égard à la faveur dont il jouit depuis plus de 50 ans (Tintin au Tibet, Lobsang Rampa, Little Bouddha, A. Desjardins, la théosophie de Blavatsky...). L'auteur se livre à une étude en profondeur de ce véhicule du bouddhisme qui draine de plus en plus d'adeptes, le plus souvent ignorant des tenants et aboutissants de celui-ci, surtout quand il a été précédé du Bön (à tout faire !!) et qu'il est Tubo tout gentil devrait-on dire ...!!. En 3 chapitres et 14 sous-chapitres, l'auteur étudie la question en profondeur depuis les bases fondamentales du bouddhisme, karma et Noble Octuple sentier à l'appui. Il est indéniable que le bouddhisme tibétain est loin de l'image idyllique qu'on en a brossée depuis l'arrivée des lamas en Occident, et que le passé de ce pays regorge de violences en complète contradiction avec l'idée de tolérance qui est véhiculée à son égard (invasion de la Chine jusqu'à Chang'An, rivalité meurtrière pour implanter autorité morale et spirituelle sur des populations tibétaines souvent très pauvres d'abbés-roitelets plus soucieux d'amasser des biens matériels que spirituels ) ! L'auteure n'y va pas de main morte pour remettre le stoupa au milieu du Potala, dénonçant avec humour et verve, les travers d'un bouddhisme tibétain modelé selon les demandes frénétiques de personnes en comblement de vide spirituel. Les chapitres concernant la Chine m'ont laissé quelque peu sur ma faim, si la Terre Pure et Amithabâ y sont dûment mentionnés, pas de trace de Bodhidharma et une infime mention du Ch'an (p. 193 même si elle puise à une source blofeldienne et que l'aspect guerrier du Zen est développé dans " le sabre qui donne la vie à une bonne guerre..".), école pourtant encore vivace aujourd'hui surtout quand il est fait mention de l'approche subitiste ou gradualiste (opposition entre écoles du Sud et du Nord...), ni mention des moines voyageurs tels que Fa Yen, Xuanzang, Yîjing...  - même si Kumarajivâ y est bien cité - qui ont été rechercher à Nalanda la quintessence du bouddhisme. ensuite l'hypothèse selon laquelle le Vajrayâna serait venu de Chine me paraît des plus hasardeuses, sachant qu'il a été introduit en Chine au  7è siècle par Subhakarasimha qui fondera l'école Zhenyan (devenu le Shingon japonais sur l'impulsion de Kukaï). Cet aspect historique nippon est quelque peu passé sous silence, même si les rapports bouddho-confucéo-taoïstes sont bien décrits dans leur complexité et que l'auteure  y revienne par la suite. Qu'en est-il actuellement ? Depuis que le Dalaï-lama a été nobélisé en 89 (année de la chute du Mur de Berlin, bizarre, vous avez dit bizarre ?!) débitant avec son habituel sourire ses fadaises à la Coehlo devant des foules sous son charme monastique (!!) dont  elle se gausse avec grincements de dents tout comme elle fustige acerbement la néo-bouddhomania asservie par le marketing tibétain, la situation anti-démocratique à Darhamsala qui contraste sérieusement avec l'amélioration de la vie sociale apportée par les Chinois au Tibet, on prend faits et causes pour le Tibet, sans savoir quelles intrigues et magouilles politiques (conférence de Simla, CIA, NED, rivalités de successions par tulkus interposés...) sous-tendent une stratégie géopolitique fort éloignée des idéaux moraux qu'on prête au Toit du Monde et diverses questions sont évoquées comme la liberté de religion, le Falung gong, les dérapages des ismes dont on ne voit pas le bou...t !!  Le gros morceau de son ire concerne le Tantra du Kalachakra sorte de " laisser-passer " pour futurs guerriers bouddhistes (peu tolérants ni compassionnels) dont le D-L dispense abondamment des initiations de par le monde attirant des foules ignorantes de l'ésotérisme belliqueux qu'il contient dans sa partie secrète, n'est-ce pas Mme Still-Revers ? Ainsi que les richesses d'un bouddhisme qui tourne résolument le dos à " l'austérité " originelle, preuve en sont les centaines de millions de $ en surprime (et non sub...!!) versés par la CIA, le parc immobilier de temples rutilants d'or et pierres précieuses de par la planète, la luxueuse berline crème aux fauteuils en cuir rouge au frais des pigeons bernés par le B.T light (comme le Coca !!), qu'on est loin des saddhous vêtus de vent... la faute au marketing tibétain n'est-il pas ? J'ai franchement ri jaune au " Sourire du Bouddha " désignant la première bombe A indienne, au BNB (Bonheur national Brut) ostentoirement brandi par le D-L qui collabore au Playboy allemand (mais oui, mon moine !!), à l'emprise spirituelle éhontée du WEB tibétain qui distille des informations tendancieuses  et franchement éclaté de rire p. 211 au tibétologue Claude Levenson, qui, physiquement,  est  une vraie femme, néanmoins au caractère bien trempé, ce qui pourrait expliquer ce lapsus masculinisant !! Le récapitulatif historique de l'arrivée du bouddhisme tibétain en Occident, loin de stigmatisé le mythe que l'Occident en a créé de toutes pièces, est de nature à remettre de l'ordre dans les choses entre Kon Kon(ça ne s'invente pas) Chok Gyelpo et Drokilometrési (en kms, je vous prie !!), plombier écossais et suppôt d'Hitler (précepteur du D-L, qu'il l'eût cru) en prime; il passe en revue H-P. Blavatsky, A. David-Néel, Shangrila de Milton, B. Spalding, C-G.Jung, Wilhelm (pas celui de la Star'Ac !!), Krishanmurti, Steiner, Guénon, A.A. Bailey, J. Evola, (pas Et voilà !!), Kerouac, K-G. Dürckheim, Herrigel, Findhorn, Casteneda, Denis Eysseric (Lama Denys), Kodo Sawaki (l'instructeur de Deshimaru), Mathieu Ricard et même Freud ... Bouddhisme, sciences, psychanalyse, et dialogue interreligieux sont les derniers thèmes abordés dans ce livre que j'ai eu un très vif plaisir à lire très attentivement et le mets de ce pas aux Indispensables-Tibet et Top-Ten du Millénaire pour les clartés discernantes et rectifications indispensables qu'il apporte avec franchise, lucidité et humour sur une spiritualité en vogue. A faire lire à toute personne avant qu'elle ne succombe aux sirènes du Vajrayâna en la mettant en garde contre un " Sh'emballement " face à de séduisants  miroirs aux alouettes qui pourrait la rouler dans la farine des " indulgences " karmiques, à une croisade anti-chinoise menée fallacieusement de toutes pièces par le G8, à un parti pris digne de l'Inquisition... !! Bravo E-M d'avoir osé dévoiler la face cachée de l'iceberg. Ce bouddhisme n'est résolument pas ma tasse de thé, à défaut de tsampa...

Ndl : 3473
Hits : 1932





Retour       NdL       Menu