Retour       NdL        Menu       

Titre       Auteur       Catégorie       Nouveautés       Indispensable       Incontournable       TopTen       Cadeau



Bouddhisme

Copyright S?dhana

Le bonheur selon Bouddha

D. Delor - Michel Lafon - 2012 - 346 pg

Chère Davina, qui aurait pu imaginer un jour que la tou tou you tou, nue sous la douche du générique de fin, deviendrait une lama tibétaine...? Personne dont moi en premier, c'est pour cela que j'ai lu avec une attention particulière et soutenue votre ouvrage en 4 parties et 13 chapitres, qui, après un bref rappel historique de votre cursus avec joies (formation médicale, émission sur A2) et peines (suicide du père, mariage catastrophe mort de fils..), vise à faire comprendre que la Voie du Bouddha consiste en la libération de la souffrance, son fondement unique et originel. Vous expliquez fort bien dans un style vivant, très réaliste, non dénuée d'humour, Huguette à l'appui, les différents procédures bouddhique pour y parvenir: 4 pots, 4 Nobles Propositions Essentielles, 4 caractéristiques de l'action, 4 Incommensurables, 8 pas du Noble Octuple sentier.... J'ai beaucoup apprécié le bouddhisme comme philosophie de responsabilité - que le bouddhisme n'implique pas de renoncer aux plaisirs de la vie, qu'il ne faille pas renoncer à son égo, ni mépriser son corps, encore moins mourir en colère - le fait que l'enfer est les autres tels que nous nous refusons à les voir - et surtout que l'entrée dans le Vajrayâna, la voie rapide (pour le toutoutyou d'suite... ?) selon le Dzogchen pour vous ou le Mahamoudra pour d'autres, impliquait un grand équilibre initial et des connaissances préalables et approfondies des autres véhicules, tout à fait d'accord quand on voit certains "allumé(e)s " pour ne pas dire totalement déjanté(e)s qui fréquentent certains centres du KTT, et autres Ling, je ne vous parle pas de nombreux mails reçus de personnes totalement affolées et désorientées après initiations diverses. Ce qui m'a fait tiquer : c'est l'accumulation des mérites, un peu à l'image des images pieuses distribuées au catéchisme allant à l'encontre du sans profit du Mushotoku zen - le fait que Bouddha selon vous demande de se passer sans sourciller des douceurs de la vie, mon maître parlait plus volontiers d'apprécier ce que l'on a... - tout comme le fait de remercier... à la Adamo !!, dans ce cas je parlerai plus de gratitude, reconnaissance - enfin votre point de vue sur le suicide dont les raisons certaines fois sont totalement inexplicables, j'en ai différents exemples énigmatiques. Après avoir dit que le premier maître c'est soi (Soyez à vous votre propre maître, n'est-il pas ??), vous parlez de la nécessité d'un maître extérieur, en oubliant que Bouddha s'est formé lui-même et tout seul et qu'il a intimé de ne pas imiter les maîtres, même lignée dûment certifiée. Si j'ai croisé sans la moindre cordialité Mathieu Ricard, l'évocation de Kyabjé Gosok rinpoché m'a ramené avec sourire au 2è Festival Bouddhique de Vincennes où je l'ai retrouvé avec plaisir après mon speech en nous remémorant sa conférence tenue à Lausanne un an avant. Conclusion, votre ouvrage m'a vivement intéressé et plu ressemblant dans l'intentionnalité altruiste et bienveillante à ceux de Pema Chödron, prônant une motivation et une application sans faille: dommage que vous ayez cédé à la fascination tibétaine, car il y a, sans tous ces tantras et fatras folkloriques plus chamaniques qu'autre chose, des grands maîtres dans les autres véhicules Ajahn Sumedho, Ayya Khema, Kundalavamsa, Seung San, Suzuki (sans moto !!) ... Je le mets aux Indispensables-Bouddhisme pour ses contenu instructif, réalisme vivace et teinté d'humour, pertinente démonstration explicative, avec, en prime, un Ricard en souvenir de l'a(p)érobic !!

Ndl : 4082
Hits : 712





Retour       NdL       Menu