Retour       NdL        Menu       

Titre       Auteur       Catégorie       Nouveautés       Indispensable       Incontournable       TopTen       Cadeau



Biographie

Copyright Sâdhana

La vie cachée de Fidel CastrO

J-R. Sanchez / A. Gylden - Michel Lafon - 2014 - 331 pg

Enfin on va tout savoir sur la vie du lider Maximo, une belle pièce d'1,91 m, 95 kg et A-, réduite en cendres d'avoir trop fumé de cigares, je présume...! Autocrate, autoritaire, pinailleur obsessionnel, parano (14 gardes du corps minimum avec une armada de Kalachnikov), redoutablement intelligent, manipulateur hors pair, menteur sans vergogne et complice des trafiquants de drogue, maniaque des enregistrements, tout cela est fort bien décrit, en 16 chapitres intenses et denses, par un de ses escorts boys de l'Unité 160, triple ceinture noire, tireur d'élite, devenu lieutenant colonel avant son exil. El commandante (pas Che Gevara, cette fois comme dans la chanson..!), l'homme aux 20 propriétés (Cayo Piedra, Caleta del Rosario, Punto Cero...), 5 épouses, 6 frères et soeurs, au moins 9 enfants il- ou légitimes, au pouvoir dictatorial illimité, est autant craint que respecté, une figure complexe dont le père était un espagnol de Galice. Entre MININT, MINFAR, les services secrets cubains sont parmi les plus réputés du monde (avec CIA et Mossad), dont le chanteur Renaud en avait une peur viscérale (NdlR). Si son escorte se révèle être sa seule famille en réalité, son mot d'ordre est " Guérilleros de tous les pays, unissez-vous " mis en application tant avec les FARC qu'avec l'ETA, FSLN, FMLN, MRTA, FPLP, MPLA et même IRA, ce chapitre permet de comprendre tous les soubresauts qui ont agité l'Amérique du Sud d'Allende, Pinochet, Chavez, Ortega... et centrale avec le Nicaragua, son obsession vénézuélienne et son rôle dans la crise de l'Angola en habile tacticien et fin stratège qu'il fut. Assurer les déplacements de Fidel n'est pas une sinécure (obsèques de Brejnev à Moscou), aussi l'auteur est-il envoyé à sa place à Stockholm (obsèques d'Olof Palme). J'ai souri au passage réservé aux tyrans d'opérette, Kim Il Sung, Kadhafi. La question de la fortune de Fidel payé selon lui 900 pesos par mois, un comble pour ce potentat incontournable qui avait la mainmise complète sur population, économie et politique cubaines reste insolublement énigmatique, même pour ce tyran qui n'était pas éternel preuve en sont les de santé en 1983, 92 et finalement 2006. Un personnage clé de la galaxie Castro est Raül son frère, buveur patenté, son successeur depuis quelques années, mais aussi véritable architecte du système omnipotent et tentaculaire castriste. En plus de la sinistre affaire Ochoa, après 26 ans de bons et loyaux services, l'horizon s'assombrit pour JRS, la prison par sbires corrompus interposés, sur ordre de celui qu'il avait servi loyalement, par simple présupposition fallacieuse. A l'égard de Fidel qui l'a jeté comme un objet inutile dans des conditions détestables, il n'a aucun sentiment de haine ni de rancoeur, chapeau Sanchez, vous qui avez refait votre vie en famille aux USA. Ce qui m'a laissé le plus perplexe en dehors de Fidel et sa trahison complète à l'encontre de son pays, c'est le rôle joue par Garcia Marquez, prix Nobel de Littérature qui a cautionné des positions peu dignes de l'humanisme d'un Nobel, copain comme cochon (oui, celui de la fameuse Baie !!) qu'il était avec Fidel. Témoignage captivant démontrant que tant que Cuba restera sous la férule de la galaxie Castro, il n'y aura aucune vraie liberté et que tout mouvement révolutionnaire finalement choit dans les contraires de ses idéaux initiaux. Un cht'i coup de Top-ten pour le Jeffe adulé mais aussi honni.

Ndl : 4573
Hits : 292





Retour       NdL       Menu